L’homme qui tua Lucky Luke [Critique]

Normalement à l’âge de 70 ans la plupart des gens commencent à devenir aussi ridés que des pruneaux d’Agen et profitent d’une retraite paisible, mais pas notre légendaire cow-boy Lucky Luke. Il a décidé de rempiler pour de nouvelles aventures… Enfin si on en croit le titre, « L’homme qui tua Lucky Luke« , ça risque d’être la dernière…Ou pas!

 

lucky luke evolution

 

Bienvenue à Froggy Town, le paradis des grenouilles! Une pluie torrentielle, des éclairs qui zèbrent le ciel, de la boue à volonté, tous les éléments de fin du monde sont mis en place pour annoncer que quelque chose d’horrible va se produire. Mais quoi? Un indice, c’est dans le titre de la BD.

 

lucky luke bd2

 

Matthieu Bonhomme, auteur notamment de « L’âge de raison » ou encore dessinateur de « Texas Cowboys », s’attaque au mythe de Lucky Luke avec toutes les scènes ultra-référencées que l’on connaît et que l’on aime: arrivée du héros dans une ville isolée, baston dans le saloon, confrontation avec le caïd local, attaque de diligence, duel, sans oublier la folie de la ruée vers l’or provoquée par une mine autour de laquelle la ville s’est construite.

 

lucky luke bd3

 

La dégaine, ce dont j’avais le plus peur, que lui a donné l’auteur est tout simplement parfaite, tout comme son arrivée à Froggy Town sous le déluge en pleine nuit, chevauchant Jolly Jumper (muet), ne cherchant qu’un repas chaud et un lit douillet. C’est typiquement le genre de justicier que l’on s’attendrait à voir dans un western spaghetti.

 

lucky luke bd8

 

Mais la plus grande réussite de cet album reste la beauté  et la flamboyance des couleurs: vives, contrastées et audacieuses, font directement références à l’âge d’or de la série du temps de Morris, tandis que le trait personnel de l’auteur apporte un côté plus moderne et un aspect plus rugueux et moins lisse au cowboy de notre enfance. Les cadrages sont magnifiques et dynamiques et ne nous laissent pas nous ennuyer un seul instant. On est à des années lumière du Lucky Luke que l’on connaît, mais en même temps il est tellement fidèle à l’esprit du personnage original!

 

lucky luke bd5

 

La seule ombre au tableau viendra peut-être d’un scénario un peu trop frileux, ce qui est encore plus surprenant que l’audace des dessins nous faisait miroiter plein de promesses. Je m’explique. Lucky Luke est  moins drôle, moins ados, mais beaucoup plus sombre et plus cowboy solitaire qui a roulé sa bosse que sous l’ère de Goscinny, un peu comme si notre bon vieux lonesome cowboy avait mûri en même temps que ses jeunes lecteurs devenus adultes, ce qui n’est pas pour me déplaire. Le problème vient surtout des autres personnages de l’histoire qui manquent de caractère. Le méchants ne le sont probablement pas assez et les rebondissements, assez convenus.

 

lucky luke bd7

 

Plus qu’un hommage cet album est une magnifique réussite de relookage et de remise au goût du jour de ce septuagénaire qui ne fait pas du tout son âge. Un véritable western musclé et dynamique avec tous les éléments qui vont avec le genre: saloon, grands espaces, duels au soleil…

Il a même réussi à me faire oublier le goût amer de celui de Laurent Gerra et m’a donné envie de replonger dans les anciennes aventures de la gâchette la plus rapide de l’ouest!

Mettez un avis de recherche sur cet album, pour vous le procurer le plus vite possible, bande de pieds tendres!

 

lucky luke bd

 

 

Bonus

 

Mig

Fan de tout ce qui se rapproche d’une BD, de jeux vidéo, jdr, des jeux de mot à 2 sous. Je vis à Geneva Beach city. Aime : Écrire, dormir. Les averses d’été. Les siestes qui durent des heures. Mes potes.Avoir raison, même quand j’ai tort. N’aime pas : Les gens qui se sentent supérieurs. Les choux. Avoir tort.

Laisser un commentaire